Le musée | Les expositions | Le patrimoine | Le musée des enfants | Espace pro.

 Histoire de la ville

 Les monuments

 Projets patrimoniaux

 Promenades...



 
Document sans titre

Un haut lieu de résidence à l'époque moderne

La période moderne est avant tout marquée, comme dans tout le Dauphiné, par d’âpres luttes religieuses. Dès 1555, la foi protestante s’impose chez beaucoup de Tricastins. A partir de 1561, la Ville peut être qualifiée de « réformée ».


Au XVIIe siècle, l’évêque retrouve peu à peu toutes ses prérogatives. Cela s’accompagne d’importants chantiers. Les remparts sont réparés, la cathédrale commence à être restaurée dès 1602. Dans la seconde partie du siècle s’achève la reconstruction du palais épiscopal. Un nouvel hôpital voit le jour à partir de 1685, année de la révocation de l’Édit de Nantes.


Façade d'hôtel particulier © MAT

Dès 1664, des dominicains s’installent dans un couvent construit autour de la chapelle Notre-Dame (actuel Etablissement des Frères Maristes).

Au XVIIIe siècle, un renouveau urbanistique, dans les années 1760, se traduit par l’embellissement d’hôtels particuliers dont l’exemple le plus significatif est l’hôtel de Castellane, actuel Hôtel de Ville, tandis que plusieurs autres, non des moindres, changent de main.

Le pouvoir épiscopal est quant à lui à nouveau contesté au travers de la revendication de la présidence des assemblées communales par certains notables, dont d’anciens protestants. A la veille de la Révolution, l’évêque et son chapitre représentent dix-neuf personnes, le clergé dans sa totalité une trentaine de membres.

La noblesse est réduite à six familles, tandis que la Communauté compte « deux mille âmes tout au plus ».




 

La Préhistoire : une station néolithique 

Un chef lieu de cité antique 

Un évéché au Moyen Âge 

Un haut lieu de résidence à l'époque moderne 

De la révolution à l'époque contemporaine…